Fish Your Food, la ferme du futur

fish your food2

Attention ! En lisant cet article, vous ne verrez plus votre poisson rouge de la même manière…car figurez-vous qu’il peut être amené, par un ingénieux système, à produire notre nourriture de demain. Pour vous le prouver, je suis allé à la rencontre de Kelsey et Jenna, deux américaines à l’origine de Fish Your Food et actuellement en master de Développement Durable à HEC Paris. Parler d’aquaponie en charmante companie, what else ?

L’aquaponie, qu’es aquo ??

Elles se regardent, un sourire au coin des lèvres – la question qu’on a déjà du leur poser des dizaines de fois…

« C’est un écosystème quasi autonome, une sorte de ferme écologique où l’on élève des poissons tout en faisant pousser des plantes, l’intérêt étant de créer une boucle vertueuse : l’eau des poissons, rendue nutritive par leurs déchets, est acheminée jusqu’aux plantes. A leur tour, celles-ci absorbent les nutriments et donc purifient l’eau, qui est ensuite renvoyée aux poissons. » A termes, le but de ce système est d’économiser jusqu’à 90% d’eau par rapport aux élevages de poissons ou aux serres traditionnelles, mais aussi d’éviter l’utilisation d’engrais chimiques. »

Votre offre ?

« Nous souhaitons mettre en place des fermes aquaponiques urbaines, pour démocratiser ce système. »

D’où vient l’idée ?

« Ce concept est déjà élaboré de l’autre côté de l’Atlantique, notamment chez Back to the Roots, une startup basée en Californie, mais reste très marginal. Il reste beaucoup à faire ici en France, et nous sommes pour ainsi dire les premières sur ce créneau dans l’hexagone. »

Quel genre de clientèle votre startup vise-t-elle ?

« On est justement en train de travailler là-dessus. Dans un premier temps, nous comptons sur le milieu étudiant pour utiliser notre système, puisque c’est avec celui-ci que nous sommes le plus en contact pour l’instant. Ensuite viendront les fervents consommateurs de produits bio, le but final étant de se positionner, en termes d’image, à mi-chemin entre les grandes enseignes, comme Auchan, et les magasins d’aliments naturels tel Bio-Organic. »

Depuis quand ce projet est-il amorcé ?

« Nous avons démarré en octobre, en essayant de planifier le lancement de la startup sur toute l’année scolaire, qui s’avère très courte. Une campagne de fonds à été réalisée tout au long du mois de décembre, au cours de laquelle nous avons récolté la moitié de ce que nous espérions – campagne survenue un peu tôt à notre goût mais nécessaire pour pouvoir tenir notre calendrier. Ce mois de janvier est consacré à la mise en place d’une ferme aquaponique expérimentale sur le campus d’HEC, qui sera prête courant février. »

Quels sont vos besoins actuellement ?

« D’un point de vue technique, nous sommes déjà en relation avec des experts de l’aquaponie. C’est plutôt l’aspect business qui nous fait défaut, et nous sommes actuellement en discussion avec l’incubateur HEC pour éventuellement booster notre projet. Nous sommes également ouvertes à toutes sortes de conseils, voire d’investissements massifs ! »

Comment allez-vous vous faire connaître ?

« Une fois la phase expérimentale terminée, nous serons prêtes à participer à des concours de startups, que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord. Pour l’instant, notre publicité se fait essentiellement via le web, et par le bouche à oreille ».

Ou vous voyez-vous dans un an ?

« A priori, nous comptons nous installer à Nantes, désignée eco-city 2013, où nous espérons bénéficier d’une base de clientèle sensible aux enjeux écologiques et donc à notre offre. »

C’est un peu ça, la conquête de l’Ouest à notre époque…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s