Boulevard-21, Grandes Ecoles CEDEX

boulevard 21 site

Les agences immobilières, c’est pas votre truc ? Trop chères, ringardes, lentes…et pourtant difficile de s’en passer, que ce soit pour trouver un studio ou encore passez une annonce. Thomas Laforêt, diplômé de l’ESSEC et deux ans d’expérience dans le conseil, a décidé de faire bouger les choses. Sa plateforme Boulevard-21 a bien l’ambition de devenir l’adresse obligée de tous les étudiants et anciens des Grandes Ecoles. Une nouvelle approche de l’accès au logement, basée sur les réseaux et sur la confiance. Ouistartup vous emmène à la découverte de cette nouvelle adresse.

Votre offre ?

« Boulevard-21 est une plateforme permettant aux étudiants et diplômés des Grandes Ecoles de s’entraider dans la recherche d’un logement. Les nouveaux arrivants peuvent trouver facilement un studio dans la ville de leur choix – à l’occasion d’un stage, d’une année de césure, d’une embauche ou d’une mission – tandis que ceux en passe de quitter leur appartement peuvent poster gratuitement une annonce, qu’ils soient locataires ou propriétaires. C’est en quelque sorte « l’agence immobilière » des Grandes Ecoles, ou plutôt une alternative bien moins onéreuse. »

D’où vient l’idée ?

« Ce projet part d’un constat assez clair : le marché immobilier fonctionne très mal. Des agences chères, la galère pour trouver un studio…et pourtant rien n’est fait. Les réseaux des Grandes Ecoles ont un réel potentiel pour faciliter la recherche de logement : en quittant le Maroc il y a quelques mois, j’ai repassé mon appartement à un collègue de McKinsey et ancien de l’ESSEC – ce même appartement qui m’avait été laissé par un alumnus de l’ESSEC. L’idée m’est donc venue de jouer sur cet effet réseau. »

Pour qui ?

« Les étudiants des Grandes Ecoles forment une communauté très mobile, puisque leur cursus leur impose de réaliser un certain nombre de stages, dont une partie à l’étranger. Boulevard 21 répond donc aux besoins spécifiques de cette population, qui est amenée à déménager plusieurs fois sur une période de 3 ou 4 ans, souvent pour des durées courtes.

Puis les étudiants deviennent diplômés, et n’en demeurent pas moins mobile, que ce soit en France ou à l’international. La plateforme leur est également dédiée, et permet de former un pont d’entraide entre ces deux générations, pour la recherche d’un logement. »

Depuis ce projet est-il amorcé ?

« L’idée de Boulevard 21 m’est clairement apparue en mai dernier. Deux mois plus tard, la startup était lancée, puis les premiers partenariats arrivèrent courant novembre. »

Des partenariats… ?

« Oui, l’ESSEC a été immédiatement séduit par le projet, et m’apporte son soutien grâce à son réseau d’étudiants et de diplômés. C’est aussi le cas de l’ESC Dijon, et prochainement de l’ESCP. Les deux partis sont gagnants : en donnant accès à leur réseau et en soutenant la plateforme, les écoles font un geste pour leurs étudiants et diplômés.

Je suis également en discussion avec d’autres startups pour d’éventuelles collaborations. »

Quel est votre Business Model ?

« Il est en cours d’élaboration : partenariats avec des banques, des assurances…voire même des entreprises, qui pourraient véhiculer une bonne image auprès des étudiants en soutenant la startup. L’autre source de revenus proviendra de la facturation des services immobiliers aux propriétaires (gestion locative) – services restant gratuits pour les locataires. »

Quels sont vos besoins actuellement ?

« Le principal enjeu aujourd’hui est de consolider la belle croissance du nombre d’utilisateurs de la plateforme observée sur les premiers mois (près de 1000 utilisateurs en moins de 3 mois). Parallèlement, le but est d’aller chercher les annonceurs, de prendre contact avec les propriétaires, par le biais des utilisateurs, pour leur proposer mon offre (forfait gratuit, payant ou payant +) et gagner l‘exclusivité de leurs annonces. »

Comment allez-vous vous faire connaître ?

« Pour l’instant, la communication passe essentiellement par les réseaux sociaux, canal idéal pour se faire connaître auprès des étudiants. Les BDE (Bureau Des Elèves) servent également d’intermédiaire entre la startup et les étudiants. A termes, le défi sera de se faire référencer par les Grandes Ecoles, aussi bien sur leur site web que sur leur revue.  Une fois la machine lancée, je pense également à éditer des guides d’installation dans différentes villes à l’étranger. »

Quelle est la concurrence ?

« Boulevard 21 est la première plateforme de logement dédiée aux Grandes Ecoles, même si ce concept de plateforme pour étudiants est déjà présent sur le net, comme Housing Anywhere, plus focalisé sur la sous-location entre étudiants lors d’échanges. Le secteur de l’immobilier pour étudiants est très concurrentiel, on trouve notamment de nombreux sites dédiés aux collocations. Facebook reste certainement mon plus gros concurrent pour l’instant, puisque les étudiants ont pris le réflexe d’y partager leur annonce. »

En quoi ce projet vous change-t-il la vie ?

« Encore étudiant, je ne me sentais pas prêt pour me lancer dans l’aventure. Après cette expérience dans le conseil – secteur passionnant par ailleurs – je me suis dit que c’était le moment.

Lorsque tu travailles sur un projet qui te tient à cœur, pour résoudre un problème que tu trouves énervant (le monopole des agences immobilières), tu fais tout pour que ta startup soit un succès. Monter une startup, c’est beaucoup de questions, de stress, mais surtout une grosse motivation tous les matins. »

Ou vous voyez-vous dans un an ?

« J’espère d’ici là avoir trouvé le modèle économique adapté pour générer du chiffre d’affaire, tout en ayant accéléré la croissance via des levées de financement aussi bien public que privé. L’objectif est également d’être entouré d’une équipe (recrues et stagiaires) et pourquoi  pas d’un associé. »

Enfin, pourquoi avoir choisi ce nom pour votre startup ?

« La plateforme était initialement pensée pour les villes de France, surtout Paris – même si le concept s’est depuis élargi à des villes comme Londres ou Singapour. Je voulais que le nom évoque une adresse française, qui puisse se prononcer facilement en Anglais, d’où le « Boulevard ». Enfin, « 21 » pour le 21ème arrondissement de Paris, virtuel tout comme cette plateforme réservée aux étudiants et diplômés.

boulevard 21 icone

Rendez-vous donc Boulevard-21. Et pas besoin de mettre le GPS, c’est juste à un clic.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s